Questions fréquentes :

L'ostéopathie est-elle prise en charge par la sécurité sociale ?
Non les consultations ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale. L’ostéopathe est donc libre de fixer ses honoraires. En revanche un certain nombre de mutuelles remboursent les actes ostéopathiques.  Vous pouvez en retrouver la liste non exhaustive ICI 

Est-ce que ça fait mal ?
Les manipulations effectuées sur une articulation du bassin, de la colonne vertébrale, des membres supérieurs ou inférieurs lorsqu'elles sont correctement réalisées sont indolores.
Ce sont des techniques réalisées avec une vitesse importante  mais avec une très basse amplitude, ce qui permet d'agir en toute sécurité
En revanche, certains traitements de type viscéral ou traitements de certains ligaments ou muscles peuvent être un peu sensible sur le moment.

 

Pourquoi les manipulations provoquent-elles des craquements ?
Le craquement que l'on peut entendre lors d'une manipulation n'est en faite que le passage soudain de l'état liquide à l'état gazeux (micro-bulles) de gaz carbonique présent dans le liquide à l'intérieur d'une articulation suite à sa décoaptation 
Ces " craquements " sont très fréquents mais pas systématiques.

 

Pourquoi se bloque t'on ?
Quelque fois la réponse est évidente :

Le port d’une charge lourde dans une position inadaptée ou un « mauvais geste » explique le blocage articulaire et la contracture musculaire douloureuse qui s’ensuit.
Un traumatisme (chute sur les fesses, sur le dos…, un AVP…) explique les douleurs survenant les jours suivants.
Des postures assises, allongées, debout inadaptées peuvent au bout d’un certain temps entrainer des blocages, douleurs ou gênes aigues ou chroniques.
Parfois, la réponse est plus complexe :

Une boiterie même légère du à une entorse, ou une douleur située au niveau d’un pied, d’une cheville ou d’un genou peuvent entraîner plus ou moins rapidement des adaptations  plus haut au niveau du bassin, du bas du dos voir au niveau du cou  (pour permettre au sujet de garder son regard horizontal : priorité corporelle). Ces adaptations peuvent être physiologiques ou anti-physiologiques. Dans ce dernier cas, malgré l’absence de traumatisme, il y a un risque important que dans les jours, semaines où mois suivants après ce premier épisode, surviennent une  gêne ou une douleur qui peut être aigue ou chronique.
On ne retrouve rien de tout cela. Les hypothèses les plus souvent émises par les ostéopathes sont alors une accumulation de  tensions plus ou moins importante (dues à des micro-traumatismes, des mauvaises postures de travail ou de repos, un état de fatigue ou de stress important, un choc émotionnel) qui risque un jour au détour d’un mouvement anodin ou sans cause détectée de dépasser le seuil critique et aboutir à un blocage aigue (lumbago, torticolis, sciatique…) ou à une pathologie chronique (tendinite…).


Est-il souhaitable de consulter un ostéopathe en prévention ? Si oui, à quelle fréquence ?

L'ostéopathie permet parfois d'éviter :

L'apparition de blessures répétitives (claquages, entorses ...)
L'installation de tendinites d'épaule, d’Achille ou rotulienne ... qui peuvent nécessiter lorsqu'elles sont bien installées depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois de traitement et de nombreuses séances
L'usure  précoce des articulations (due à des axes de fonctionnement biomécanique non physiologique)
L'apparition ou la récidive de lumbago, sciatique, cruralgie, névralgie cervico-brachiale, dorsalgie, torticolis ...
Nombreux autres petits problèmes, douleurs ou gênes qui peuvent perturber le quotidien
La fréquence des consultations conseillée  est variable selon les personnes.

Nous vous conseillons cependant de consulter un ostéopathe :

1 fois par an si vous êtes sédentaire
2 fois par an si vous êtes plutôt actif
2 fois (ou plus) si vous avez une activité physique ou professionnelle très soutenue.

Questions fréquentes :

L'ostéopathie est-elle prise en charge par la sécurité sociale ?
Non les consultations ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale. L’ostéopathe est donc libre de fixer ses honoraires. En revanche un certain nombre de mutuelles remboursent les actes ostéopathiques.  Vous pouvez en retrouver la liste non exhaustive ICI 

Est-ce que ça fait mal ?
Les manipulations effectuées sur une articulation du bassin, de la colonne vertébrale, des membres supérieurs ou inférieurs lorsqu'elles sont correctement réalisées sont indolores.
Ce sont des techniques réalisées avec une vitesse importante  mais avec une très basse amplitude, ce qui permet d'agir en toute sécurité
En revanche, certains traitements de type viscéral ou traitements de certains ligaments ou muscles peuvent être un peu sensible sur le moment.

Pourquoi les manipulations provoquent-elles des craquements ?
Le craquement que l'on peut entendre lors d'une manipulation n'est en faite que le passage soudain de l'état liquide à l'état gazeux (micro-bulles) de gaz carbonique présent dans le liquide à l'intérieur d'une articulation suite à sa décoaptation 
Ces " craquements " sont très fréquents mais pas systématiques.

Pourquoi se bloque t'on ?
Quelque fois la réponse est évidente :

Le port d’une charge lourde dans une position inadaptée ou un « mauvais geste » explique le blocage articulaire et la contracture musculaire douloureuse qui s’ensuit.
Un traumatisme (chute sur les fesses, sur le dos…, un AVP…) explique les douleurs survenant les jours suivants.
Des postures assises, allongées, debout inadaptées peuvent au bout d’un certain temps entrainer des blocages, douleurs ou gênes aigues ou chroniques.
Parfois, la réponse est plus complexe :

Une boiterie même légère du à une entorse, ou une douleur située au niveau d’un pied, d’une cheville ou d’un genou peuvent entraîner plus ou moins rapidement des adaptations  plus haut au niveau du bassin, du bas du dos voir au niveau du cou  (pour permettre au sujet de garder son regard horizontal : priorité corporelle). Ces adaptations peuvent être physiologiques ou anti-physiologiques. Dans ce dernier cas, malgré l’absence de traumatisme, il y a un risque important que dans les jours, semaines où mois suivants après ce premier épisode, surviennent une  gêne ou une douleur qui peut être aigue ou chronique.
On ne retrouve rien de tout cela. Les hypothèses les plus souvent émises par les ostéopathes sont alors une accumulation de  tensions plus ou moins importante (dues à des micro-traumatismes, des mauvaises postures de travail ou de repos, un état de fatigue ou de stress important, un choc émotionnel) qui risque un jour au détour d’un mouvement anodin ou sans cause détectée de dépasser le seuil critique et aboutir à un blocage aigue (lumbago, torticolis, sciatique…) ou à une pathologie chronique (tendinite…).

Est-il souhaitable de consulter un ostéopathe en prévention ? Si oui, à quelle fréquence ?

L'ostéopathie permet parfois d'éviter :

L'apparition de blessures répétitives (claquages, entorses ...)
L'installation de tendinites d'épaule, d’Achille ou rotulienne ... qui peuvent nécessiter lorsqu'elles sont bien installées depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois de traitement et de nombreuses séances
L'usure  précoce des articulations (due à des axes de fonctionnement biomécanique non physiologique)
L'apparition ou la récidive de lumbago, sciatique, cruralgie, névralgie cervico-brachiale, dorsalgie, torticolis ...
Nombreux autres petits problèmes, douleurs ou gênes qui peuvent perturber le quotidien
La fréquence des consultations conseillée  est variable selon les personnes.

Nous vous conseillons cependant de consulter un ostéopathe :

1 fois par an si vous êtes sédentaire
2 fois par an si vous êtes plutôt actif
2 fois (ou plus) si vous avez une activité physique ou professionnelle très soutenue.